Vous êtes ici : Les paniers de dépenses -> Enfants -> Frais de scolarité -> Les références budgétaires minimales

Les références budgétaires minimales

Les références budgétaires minimales reprennent les coûts inhérents à une série d’étapes dans la vie d’un enfant qui jalonnent sa croissance et lui permettent de se développer harmonieusement, afin de devenir un adulte autonome. Cela va de la fréquentation du milieu scolaire à la participation à des activités extrascolaires, en passant par l’inscription dans un club de sport, la lecture, l’organisation de fêtes d’anniversaire ou des sorties en famille.

Il faut souligner que les montants prévus dans les références budgétaires minimales ne prennent pas en compte les frais inhérents aux enfants de plus de 15 ans, ni ceux des enfants en bas âge (moins de 2 ans).


Les frais de scolarité

En ce qui concerne les frais de scolarité, plusieurs remarques doivent être faites :

  • les références budgétaires minimales ne prennent pas en compte les frais de scolarité de l’enseignement supérieur,
  • le montant dévolu dans les références minimales budgétaires aux frais scolaires en maternelle, primaire et secondaire ont été fixé selon la médiane des frais scolaires à charge des familles telle qu’elle est estimée par une enquête menée par la Ligue des Familles en 2004-2005 (indexée sur 2008).
    Or, il est important de rappeler que les coûts scolaires auxquels font face les familles sont très variables en Communauté Française.
  • Il n’est pas prévu de frais pour les repas, les boissons, la surveillance ou la garderie, puisque l’étude part de l’hypothèse selon laquelle les parents ne travaillent pas et sont disponibles.

Il est donc conseillé vivement d’adapter ce montant et de prendre en compte les frais réellement exposés.

Les frais relatifs aux enfants en bas âge

Les références budgétaires minimales ne comprennent pas non plus de frais relatifs aux enfants en bas âge (matériel de puériculture, alimentation adaptée, langes,…). Or une naissance représente, à tout le moins pour le premier enfant, un investissement spécifique en matériel de puériculture, lit d’enfant, biberons, jeux adaptés,… Certains coûts comme le lait maternisé, les langes ou encore les médicaments peuvent également grever un budget.

Ces frais devront donc être ajoutés dans le tableau budgétaire en fonction des besoins du ménage à considérer.

Les frais de garde ou de garderie


Les frais de garde ou de garderie n’ont pas non plus été pris en compte puisque l’étude sur les références budgétaires minimales part du postulat que les parents ne travaillent pas.

Or, les parents qui travaillent doivent prévoir une garde pour leurs enfants, soit par le biais de canaux informels, tels que les grands-parents, les amis, les voisins, soit via des organismes officiels, tels que les crèches ou services d‘accueil parental. Les besoins des familles avec enfants en bas âge pouvant varier nettement, (suivant le statut et les heures de travail des parents, selon que les enfants aient moins ou plus de 2,5 ans et que les parents puissent ou non faire appel à une garde d‘enfants informelle), les chercheurs notent qu’il s‘avère impossible d’établir un standard budgétaire pouvant couvrir les besoins de toutes les familles. Par ailleurs, les prix pratiqués par les organismes d’accueil officiels ne fluctuent pas seulement en fonction du nombre d‘heures passées par l‘enfant en garderie, mais aussi en fonction du nombre de petits frères et sœurs à garder et du revenu des parents.

Ici aussi, il est essentiel de prendre en compte les frais réels de garde d’enfants.

Laissez un commentaire


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Voir tous les commentaires